Le temps d’un week-end, un arrêt à Collioure

Depuis maintenant plus d’un mois, nous restons enfermés chez nous chaque week-end. La semaine, on travaille, il fait grand soleil. Arrivé vendredi, tout se dégrade, et c’est si gris et si déprimant! On prenait notre mal en patience. Puis samedi dernier, réveil de chéri à 6H30: « et si on prenait la moto, et que par la côte on va vers la frontière espagnole? On arrivera où on arrivera, on s’arrête dormir, et on rentre à la maison ». Devinez ma réponse!

Collioure est un petit village de quelques trois mille habitant, commune française dans les Pyrénées-Orientales, au bord de la Mer Méditerranée. C’est un endroit très touristique, mais tellement beau.

C’est donc à moto que nous y sommes allés, tranquillement, en passant par la côte. Un peu à tâtons, il est vrai, avec ce temps tellement changeant et imprévisible. Pourtant, tout s’est bien passé, et nous avons adoré, si ce n’est le froid sur quelques kilomètres avant d’arriver à destination. Quelques 150 bornes, trois pauses cafés, et nous y étions.

Vous arrivez et déjà vous en prenez plein la vue. Il faisait un temps magnifique, et le village est direct en bord de mer. Il me faisait beaucoup penser aux villages d’Italie, comme les Cinq Terres, avec la mer, les petites maisons, et à l’arrière, la montagne et les vignes.

Nous avons eu de la chance, c’était un beau week-end, il y avait du monde, mais pas non plus trop de monde. Juste ce qu’il fallait. Nous ne le savions pas, mais c’était le week-end de la fête des anchois. Alors il y avait plein de marchés tout au long du week-end, et des tas de petits animations musicales très sympathiques, les pieds dans l’eau, le ciel aux couleurs orangées de la fin de journée.

Vous l’avez compris, nous n’avions rien organisé, et n’avions pas non plus décidé de l’endroit où nous allions dormir. Je me disais qu’avec un week-end pareil, il n’y aurait plus de place où loger. Et comme quoi le destin fait parfois bien les choses. Sur la place même de Collioure, nous avions repéré deux hôtels à trois mètres de l’eau. Le premier était complet, mais le deuxième avait encore une chambre de libre, avec balcon, vue sur mer. Nous avons passé une nuit à l’hôtel Boramar. Sincèrement, nous aurions préparé ce week-end à l’avance, nous n’y serions pas aller. Niveau beauté, et confort, c’est très minimaliste. En revache, nous avons craqué pour la beauté de la vue, et son personnel très charmant (il s’agissait d’ailleurs sans doute de la propriétaire même). Et petit détail au passage, nous ne pouvions plus faire les difficiles, nous étions sur place, il nous fallait trouver un endroit où dormir!

Nous oublions l’importance de s’autoriser ce genre d’escapades parfois. Et pourtant, pour moi, pour nous, c’est vraiment notre bouffée d’oxygène. Pour cause de temps, et aussi de budget, nous avons beaucoup limité ce genre de sorties cette dernière année passée. Avec le recul, je me dis que je préfère limiter le budget sur d’autres choses, mais le garder pour un week-end escapade une fois tous les mois ou tous les deux mois.

Et vous, autorisez-vous des petits week-ends pour respirer?

Mit Liebe, E.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s